La terreur nocturne : comment bien agir ?

La terreur nocturne est souvent trompée avec les cauchemars. Quand un enfant a ce symptôme, il n’est pas rare de voir des parents, inquiets, paniqués… en quête de solutions.

Qu’est-ce que les terreurs nocturnes ? Est-ce grave ? Comment agir ?

Une terreur nocturne chez le bébé : c’est quoi ?

Les terreurs nocturnes arrivent généralement chez un bébé de 18 mois jusqu’à l’âge de 4 ans. Des terreurs nocturnes après 5 ans, sont relativement rares. C’est une période durant laquelle l’enfant n’a aucune conscience de ce qui lui arrive et notamment n’est pas conscient face à la présence, physique, de ses propres parents. La raison est simple : l’enfant n’est pas réveillé.

La durée de ces terreurs sont de 1 à 5 minutes en moyenne.

 

Terreur nocturne
 

L’humain est fait de cycles de sommeil. Ainsi, ce phénomène peut se produire souvent en début de cycle du sommeil profond, soit 1 à 2 heures après l’endormissement. Malgré tout, la terreur nocturne chez le bébé de 6 mois peut avoir lieu plus tard dans la nuit, dans un nouveau cycle de sommeil profond.

Les terreurs nocturnes ne sont jamais souvenues de la part des enfants. C’est une étape qui se produit dans leur subconscient le plus total !

Comment reconnaître une terreur nocturne chez le bébé d'1 an ?

Il y a plusieurs signes qui montrent que le bébé a fait une terreur nocturne :

  • La présence de cris ou encore de hurlements de la part du bébé,
  • L’enfant qui semble complètement terrifié,
  • L’enfant qui reste assis (les yeux fermés ou ouverts) dans son couchage,
  • L’enfant ou le bébé qui a un regard profond, dans le vide, avec des yeux grands ouverts,
  • La tenue d’un discours complètement dénué de sens,
  • La présence de transpiration ou encore d’un sommeil agité. Le bébé est désorienté, voire même en sueur,
  • Des signes d’agressivité physique et/ou verbale,
  • Montre une certaine colère lorsqu’on le touche, ou qu’on le tienne...

Si votre enfant a fait des terreurs nocturnes, sachez que ce n’est pas très grave. 40% des enfants seraient touchés par ce phénomène.

Comment surviennent les terreurs nocturnes chez le bébé de 18 mois ?

Que votre enfant fasse une terreur nocturne bébé 9 mois ou encore plus tard, ce n’est pas inquiétant en soi. Les causes peuvent être multiples. Par exemple, une terreur nocturne chez un bébé de 4 mois peut être dûe à une cause héréditaire.

Il est important, lorsque cela arrive, de se renseigner auprès de ses parents ou grands-parents si des personnes de la famille ont été touchés par ce phénomène. Autres raisons de la terreur nocturne chez un bébé de 7 mois ou encore de la terreur nocturne chez un bébé de 8 mois, ce sont les modifications de la durée du sommeil.

Si le bébé se couche plus tard que d’habitude ou qu’il est très fatigué, il faudra retrouver son rythme habituel. Sinon le changement dans son quotidien qui peut être une source de stress pour l’enfant peut aussi être une cause d’une terreur nocturne chez le bébé de 10 mois.

 

Terreur nocturne

Que faire pendant une terreur nocturne, en tant que parent ?

Les choses que l’on va vous conseiller si une terreur nocturne chez votre bébé de 15 mois survient, ne sont pas faciles et évidentes. Pourtant, il ne faut pas montrer son inquiétude, laissez le normal, dans cet état. Il finira par se recoucher tout seul. Il faut éviter de lui parler, ou encore de le toucher.

C’est grâce à ce type de contacts que la terreur nocturne va durer plus longtemps, il faut donc rester neutre. Et enfin, il ne faut pas réveiller votre enfant, sous peine d’être inquiet…

L’autre solution consiste à une utiliser une homéopathie pour la terreur nocturne du bébé.

Cette homéopathie est à donner à l’enfant au coucher, par couche de 5 granules. Il existe différentes homéopathie pour cela, il faut choisir celle qui convient le mieux à votre enfant. Généralement, en cas de crise de terreur nocturne chez le bébé, l'homéopathie est la solution idéale, pour à la fois, soulager les parents, et permettre à l’enfant de faire de bonnes nuits de sommeil.

Ce phénomène, bien qu’il ne soit pas rare, est un phénomène à prendre au sérieux. Pour cela, suivez nos conseils et parlez-en autour de vous, notamment de votre famille.